La photo de Saint Gatien vue aérienne en noir et blanc.


Notre site.

Menu.


Cette page, a déjà été lue 3630 fois. Dernière modification effectuée le 22/09/2014 à 15:09

Annuaire de l’indépendant Honfleurais 1951.

Saint Gatien des Bois.

Dans les archives : Sanctus Gatianus in nemore, Saint Gatien des Bois dans le bois sacré.

C’est tout un livre qu’il faudrait écrire sur cette commune, la plus étendue du Calvados. Nous condenserons.

Au milieu d’un bourg tout en longueur, s’élève l’église, d’aspect, naguère encore, très pauvre : voûte en plâtre, très basse, maintenue par une charpente en bois sans caractère ; les fenêtres cintrées avec montant en briques remplaçaient depuis le XIIIème siècle des fenêtres subtrilobées en pierre de taille ; le mobilier était précaire : rien pour l’archéologue ; la grande foi des paroissiens ne voyait que le Maître de céans.

Il y a 80 ans, la municipalité fit construire une tour surmontée d’un clocher, et les paroissiens offrirent alors trois belles coches qui produisent une puissante et harmonieuse sonnerie. A l’intérieur du chœur, les murs étaient jusqu’à mi-hauteur, lambrissés. M. l’Abbé Jalley continua de les couvrir heureusement de panneaux peints représentant les douze Apôtres (œuvre de la Maison Chiffet, de Caen). Le maître-autel est une très belle table du XVIIIème siècle ornée de festons très gracieux. Quatre colonnes corinthiennes portent un dôme élégant qui couronne l’emblème de la Trinité en des rayons de gloire.

A l’extérieur, les murs sont faits de petits cubes en silex taillé, renforcés aux angles par des pierres calcaires en gros volume.

En ces dernières années, cette pauvre église a été magnifiquement transformée par les soins de M. L’Abbé Julienne.

Dans la nef, voûte en bois reposant sur des piliers jumeaux ; six fenêtres doubles de caractère ogival, garnies de vitraux modernes dus au talent très apprécié du peintre verrier Mr Mauméjean.

Dans le chœur, la voûte a été récemment décorée de peintures très artistiques.

A signaler dans le transept, côté Nord, une remarquable statue de pierre Notre-Dame, XVIème siècle. Cette statue a été retrouvée il y a quelques années, sous l’ancien pavage de l’église.

A la commune de Saint Gatien des Bois a été réuni l’important territoire du Mont Saint Jean qui comprenait deux paroisses : Saint Jean d’Herbigny et Saint François. L’église de Saint François n’existe plus, elle était située vers le Nord, à l’extrémité des terres arables du domaine, à l’orée du bois de Barneville la Bertran.

L’église du Mont Saint Jean demeure, transformée en grange. C’est une construction du XVIIème siècle. Elle était éclairée par six grandes fenêtres, dont quatre à plein-cintre et deux à arc surbaissé. Elles sont aujourd’hui aveuglées. Le portail est soutenu par deux pilastres ornés de bossages ; ils supportent un fronton triangulaire. Le chevet de cette chapelle est à l’intérieur couvert d’un grand motif décoratif qui représente des chênes aux puissantes ramures et aux frondaisons épaisses sous lesquelles s’abritent les légendaires phoenix.

Sur ce domaine se trouvait une troisième chapelle, dédiée à Saint Pierre. C’était la chapelle du château. Le domaine du Mont Saint Jean appartenait au Moyen-âge à la famille Bertran de Roncheville, qui le donna aux Templiers, coMadame l’atteste l’aveu rendu au Roi en 1522, par Louis d’Estouteville. Après l’abolition de cet ordre par Philippe le Bel en 1314, la famille Bertran rentra en possession de cette terre.

Après plusieurs mutations, le Mont Saint Jean devint propriété de la famille d’Estouteville, puis de Longueville et de Montpensier.

Au XVIème siècle, nous y trouvons François Lambert d’Herbigny ; au XVIIIème siècle, le Marquis de Colleville par son mariage avec Armande d’Herbigny ; puis le Comte d’Aubigny ; Madame de Brissonet ; le Comte de Lion. Il y a cent ans, elle appartenait à Mr Haussoullier.

Dans une riante vallée, oasis ceinturée du bois, à l’ouest de Saint Gatien des Bois se blottit le prieuré de Saint Martin du Bosc animé par les Bénédictins sous la crosse de l’Abbé de Fécamp. Ce prieuré a été désaffecté à la Révolution. La chapelle attenant au corps du logis existe encore ; la voussure de la voûte porte des nervures de pierre. A l’entrée à droite, un bénitier est niché dans le mur. J’ai retrouvé, en 1902, derrière des tonneaux, une belle statue équestre en pierre représentant Saint Martin. La tête, coiffée d’une toque François 1er, était séparée du tronc.

Je demandai à Madame Langin, alors propriétaire, de mettre en belle place dans sa maison, cette imposante et intéressante statue. Plus tard, je la retrouvai dans la salle à manger, et en 1906, sur le palier, au tournant du vaste escalier balustré de bois et dont quelques marches étaient encore ornées de pavés fleuris du Pré-d’Auge.

Au carrefour Saint Philbert, est érigé une statue à Notre Dame des Bois Cette statue, en fonte a été fondue par Boudesseulle de Honfleur. Elle remplace une statue en terre cuite, brisée par la chute d’un arbre et enterrée au long du chœur, première travée, côté nord, de l’église de Saint Gatien des Bois.

Au même carrefour, en face, la Chapelle de Saint Philbert (XVème siècle). Un moine nommé par le Chapitre de Cléry était préposé à la garde de cette chapelle et devait, pour renseigner les voyageurs égarés dans la forêt, sonner la cloche pendant les nuits obscures.

A la voûte, belles nervures croisées, elles reposent sur des chapiteaux qu’entoure un loup couché. Deux statues en bois représentant Saint Philbert abbé de Jumièges, et Sainte Austreberte, ont été retrouvées, en 1902, dans cette chapelle.

Trois cents mètres plus loin, à la lisière de la forêt, le Manoir de Bicherel habité pendant la Révolution par Mr Carel. L’évêque de Lisieux descendait souvent en cette hospitalière demeure dont une chambre porte encore le nom de « Chambre de Monseigneur ». C’est là aussi que se réfugiait l’abbé Le Hérupey, vicaire assermenté : tout un drame dont les phases émouvantes seront racontées ultérieurement.

Signalons encore, au haut de la Griserie, le Manoir du Vilambert ou des Trois Diables : très belle et vaste cheminée dont l’ample manteau repose sur des colonnes ; leurs chapiteaux portaient les armoiries d’Alexandre et de Marguerite de Conti. Un étang maintenant envasé et couvert de roseaux, s’étend à gauche du Manoir.

Entre Saint Gatien des Bois et Equemauville, à gauche, se trouve le beau domaine du Plein Chesne qui, jusqu’à la Révolution, appartint ainsi que la Ransonnière, à la famille de Costard de Saint Léger. Jean Antoine de Costard le dernier propriétaire, avait épousé Adélaïde Turgot, haute et puissante dame qui manqua de noblesse pendant que son mari, le Chouan, était en Vendée. Au retour, très humilié de cette attitude, il vendit tous ses biens de Saint Gatien des Bois.

En ce château, il y avait chapelle et chapelain. J’ai retrouvé à la fin du siècle dernier, chez Mr. Lecompagnon, alors propriétaire de ce domaine, la porte du Tabernacle, massive, en cuivre, avec en relief, le Bon Pasteur portant sur ses épaules la brebis retrouvée.

Sur ce territoire de Saint Gatien des Bois encore, le Chalet d’Ulric Guttinguer, en pleine forêt. Ulric était un personnage romantique et romanesque que nous connaissons par son autobiographie, publiée sous ce titre « Arthur », et qui relate les frasques, les remords, les regrets, la conversion et les méditations de l’auteur, ainsi que sa vie de châtelain généreux, de poète, de mécène et finalement d’Ermite pleureur.

Au Châlet de la Forêt, Ulric recevait nos grands personnages romantiques : Sainte-Beuve, George Sand, Victor Hugo, Alfred de Musset.

Au pied de ce promontoire se trouvent les Rouges-Fontaines, petite source dont les eaux ferrugineuses s’écoulent sur un lit de cailloux rouges, dans un cadre grandiose d’arbres géants. Guttinbert, en souvenir de sa feMadame appela cette source « la Fontaine Virginie ». C’est là dit-on, qu’Alfred de Musset composa quelques-uns de ses chants pathétiques de l’amour et de la souffrance : les Nuit, et qu’il crayonna en 1829 l’ode à Ulric Guttenger.

En la forêt de Saint Gatien des Bois, se passa un épisode de la grande histoire de France : Louis IV d’Outremer, appuyé par Hugues le Grand, entra en guerre pour conquérir le Duché de Normandie appartenant à Richard Sans Peur.

Louis d’Outremer marcha contre les amis du Duc, soutenus par l’armée d’Harold, roi du Danemark. Grande bataille (947), effroyable mêlée à Varaville. Harold et les Normands sont vainqueurs. Louis IV, déguisé en mendiant, gagne la forêt de Saint Gatien des Bois, où, malgré son déguisement, il est reconnu par un soldat, au lieu-dit « le Bosc de St Martin ». Il fut fait prisonnier des Normands et resta pendant une année entière incarcéré à Rouen.


Quartiers, hameaux, écarts :

- Le Bréfet,
- le chemin de la Mue (1485),
- le cimetière,
- la Griserie,
- la Porte Rouge,
- le lieu Hatten,
- les Rouges Fontaines,
- le Villambert,
- le Montalouveau, etc etc.


Superficie de la commune :

Total : 4830 hectares dont :
- cultures : 1665 ;
- forêt : 3054 ;
- aéroport : 110.


Population :

845 habitants ; 472 électeurs.


Distance :

- de Honfleur : 9 km ;
- de Trouville : 9 km,
- de Pont l’Evêque : 8 km.


Divers :

- Station de télécommunications ;
- Aérodrome (Deauville- Saint Gatien des Bois) ;
- Stations de chemin de fer : Honfleur, Trouville et Pont-l’Evêque ;
- Fête patronale Saint Ursin : le dimanche après le 17 juin.


Personnes importantes :

Maire :Paul Rufin.
Adjoint :L. Prieur.
Conseillers municipaux : Beaumais Augustine,
Bréavoine Edmond,
Brunet Léon,
Dudoit Joseph,
Grimard André,
Hémery Emile,
Henry Raymond,
Millien Maurice,
Pougheol André,
Quillet Eugène,
Trèche François.
Curé :Julienne
Secrétaire de mairie et instituteur :L. Dauphin
Directrice :Madame Dauphin
Institutrice adjointe :Madame Mancel
Ecole libre :directrice, Madame Clair
Receveuse des postes :Madame Guilbert
Receveuse buraliste :Madame Poussier
Subdivision des Sapeurs pompiers :Lieutenant E. Bréavoine


Associations et divers :

Association Amicale des Démobilisés:
Président :Hémery Emile
Trésorier Secrétaire :Guilbert J.


Amicale des Anciens Prisonniers de guerre :
Président :F.Trèche
Vice-président :L. Dauphin
Trésorier :Pierre Noel
Secrétaire :A. Arnoulin.


Aéroport :
Directeur :Deniau André
Gérant du bar :Deniau André
Chef de la station de télécommunications :Robert Lecomte


Commerçants et entreprises.

Aubergistes :Jobey,
Madame Veuve Hémery, Allais
Bois (marchand de) :Sénécal,
Grimard
Boulanger :Jean Beaumais
Boucher :Fortier
Bourrelier :H. Paumier
Bricquetier :Grimard
Brioleurs :C. Verron
Cafetiers :Allais,
Madame Veuve Chapron,
Jobey,
Madame Veuve Hémery, Lefevre
Charpentiers :R. Marais,
A. Desceliers
Coiffeur :A. Quillet
Cidrerie :René Rufin
Cordonnier :Grip
Couturières :Madame André Desceliers,
MadameAndrée Rufin
Charron :Allais
Chaussures (marchand de) :Bisson,
Madame Veuve Chapron,
Madame Veuve Péresse
Epiciers :Madame Veuve Chapron,
Bisson,
Jobey
Hôtel :Jobey (Cheval Blanc)
Mécaniciens :Millien,
Letenneur
Merceries-lingeries :Madame Veuve Chapron,
Bisson,
Madame Veuve Péresse
Maréchal :Morin
Menuisiers :Roger Marais,
Desceliers André
Maçon :Leroy
Tabacs :Jobey
Recette buraliste :Madame Poussier


Abonnés au téléphone :

1 :Gibon 2 :Grimard (les Sorbiers) 4 :Sénécal (La Griserie) 5 :Rufin Emile 6 :Duchesne 7 :Chancerel 8 :Leneveu 10 :Julienne 11 :Roux Elie 12 :Jean Beaumais 13 :Veuve Paul Rufin 17 :René Rufin 18 :Bréavoine 19 :Letenneur 21 :Paul Rufin 22 :Quillet Eugène 23 :Mairie de Saint Gatien des Bois 25 :Prieur Louis 26 :Madame Veuve Roublot 27 :Allais, Charron 29 :Campion


Principaux propriétaires, cultivateurs et habitants :

Le Bourg :Madame Veuve Daubenesque,
Madame Veuve Paul Rufin,
J. Beaumais,
Pougheol,
E. Quillet,
Dupuis,
Parent A (Melles) ,
Grimard,
René Gervais
La Mue :E. Bréavoine,
Couturiaux,
Campion,
Roux,
Henry
Montalouveau :C. Retour,
Trêche,
F. Colard,
H. Morice,
Leroux
Le Chalet :Pelpel
Mont Saint Jean :Carpentier,
Wittevrongel A
Route de Trouville :Madame Veuve Leportier
La Plane :Champrosey,
Van Riel
Lieu Hatten :Madame Roublot,
A. Pontois,
R. Rufin
Le plein Chêne :A. Gibon,
P. Rufin
Correspondance-les-Rots :Madame Veuve Delauney,
Hémery, Poussier
Porte- rouge :Quillet,
A. Beaumais
Griserie :A. Sénécal,
E. Marais
Val Chiquet :Lucien Billard,
C. Verron,
Favris,
Madame Veuve Gaillard
Lieu Vion :Poussier François
Saint Philbert :Hardy,
Prieur Louis,
E. Billard,
Campion
Route de Saint Benoit :Madame veuve Blot,
Madame veuve Annezo,
Godet,
Bénard
Vert-Buisson :F. Gilles,
Bisson A.
La Ransonnière :Brunet (voir article sur la Rançonnière)
Page précédente. Retour au Sommaire. Page suivante.