La photo de Saint Gatien vue aérienne en noir et blanc.


Notre site.

Menu.


Cette page, a déjà été lue 2712 fois. Dernière modification effectuée le 22/09/2014 à 15:09

Les habitants de Saint Gatien.

Saint Gatien des Bois : 1987.

Baptêmes :

Le 12 juillet 1987 : Mathieu Massaia.

Le 15 août 1987 : Jonh Masson.


Inhumations.

Le 19 mars 1987 : Mélie Mézières, 78 ans. (Pour omission antérieure).

Le 05 août 1987 : Mme Paul, née Victorine Canu (Note : 01), 83ans, décédée à Courbevoie.


Les heures des messes :

Le samedi : en hiver : 18 heures, en été : 19 heures.

Le dimanche : en été : 10 heures 15.


Le baptême des petits enfants est une chose grave.

Nos évêques demandent aux prêtres d’aider les parents à y réfléchir sérieusement. Désormais :

- L’enfant à baptiser devra être inscrit au moins un mois avant la date souhaitée …c’est possible avant la naissance.
- Les parents font la démarche eux-mêmes et non par une tierce personne.
- Ils participent ensuite à une rencontre destinée à préparer ce baptême.
- La date et l’heure de la cérémonie sont alors fixées d’un commun accord.

Ainsi, les parents pourront dès ce moment chercher avec leurs prêtres comment élever ces enfants en chrétiens.


Le mariage, vous qui souhaitez vous marier « devant Dieu ».

Vous allez accomplir un geste religieux qui demande de votre part la foi, engage votre conscience pour toute la vie, engage aussi la conscience du prêtre qui bénit votre union.

Vous parlez déjà de l’avenir. Mais pour bâtir solidement un foyer chrétien il faut se préparer.

Vous êtes invités à vous présenter au prêtre environ trois mois avant la cérémonie.

Source : PARTAGE,
Bulletin des paroisses de Pont l’Evêque et des environs.
Septembre octobre 1987.


Sœur Adrien Brunet.


Photos de

Sœur Adrien Brunet.

Claire Justine Alexandrine Brunet, en religion Sœur Adrien en mémoire de son frère (Note : 02), fut infirmière pendant quelques années à Saint Gatien des Bois.

Toute son ascendance demeura à St Gatien où son ancêtre Pierre Brunet naquit vers 1590.

Elle était hébergée dans une petite maison appartenant à Monsieur Rufin Emile et possède un poney, une petite charrette qu’elle utilisait pour ses déplacements au domicile de ceux qui désiraient avoir recours à ses soins.

Le poney et la charrette lui avaient été offerts par la mairie de Saint Gatien dont les membres du conseil municipal appréciaient ses services. Elle décéda le 14 décembre 1967 à l’hôpital de Honfleur. Ses obsèques furent célébrés le 19 décembre 1967 à St Gatien des Bois.

Mr Rufin Paul maire s’occupa des formalités et le conseil municipal décida de procéder à l’entretien de sa tombe à perpétuité. Remerciements à Monsieur Brangbour Michel maire qui continue à respecter cet engagement. (Toussaint 2007).

Il y a lieu de préciser que sœur Adrien accompagna Mme Chompton Suzanne à la maternité de Trouville lors de la naissance de sa fille Patricia Chompton.

Source : Guy Brunet.


Election des gardes nationaux de Saint Gatien des Bois.


Photos de la

Page du registre d’élection des gardes nationaux.


Passe-port pour l’intérieur 1808.


Photos

Passe-port pour l’intérieur 1808.

Source : Guy Brunet.


Garde Nationale 1851.


Photos

Arrêté de nomination.

Source : Guy Brunet.


Trois cent trente années au total !

Rosine, Louise, Blanche et Ambroisine Moulin chantent les vertus du travail et de la saine vie rurale.


Photos

Les quatre soeurs.

Elles sont quatre charmantes petites vieilles dames, quatre vraies Normandes aux joues veloutées comme des pommes, aux cheveux qui s’argentent juste ce qu’il faut pour leur donner un air de grand-maman gâteau .Elles sont quatre sœurs qui, sans s’en douter, semblent bien devoir battre un record assez original puisque leurs âges respectifs additionnés donne le total impressionnant de trois cent trente ans !

Certes, on attendait bien un garçon au foyer des Moulin, leurs parents. Mais il ne vint pas et, dès leur plus jeune âge, les fillettes durent apprendre la rude vie de la campagne, cette campagne qu’elles aiment et qu’elles n’ont jamais quittée…Et si la ronde des années a dévidé sur elles le chapelet de ses joies, mais aussi de ces soucis et de ses peines, elles ont cependant gardé de leur existence, rythmée par les travaux ruraux, une jeunesse d’esprit et de cœur qui leur attire toutes les sympathies, toutes les amitiés.

Rosine, (Madame Eudes), est l’aînée. Née à Saint Samson de la Roque en 1871, elle vient de boucler sa 87ième année, et habite actuellement dans la ferme que ses enfants, Monsieur et Madame Delamare, exploitent dans le riant vallon de Saint André d’Hébertot. De son mariage, elle eut deux autres enfants également cultivateurs. Et si les ans ont rendu moins alertes les jambes et les bras, la vue est restée bonne, et c’est un de ses grands plaisirs de lire que de lire chaque jours, de la première à la dernière ligne, Paris Normandie dont elle nous dit apprécier les nouvelles et les chroniques.

C’est à Saint Gatien des Bois, dans une autre ferme, celle de ses enfants, Monsieur et Madame Levieils, que nous avons pu rencontrer Louise, (Madame Houssaye), qui partage son temps entre ses filles et ses garçons chez qui elle est toujours la bienvenue. Avec ses 83 ans, elle arbore le teint rosé d’une « demoiselle », et ses quatorze maternités n’ont pas altéré sa jeunesse de caractère et le rayonnement de son sourire ...

Blanche, (Madame Billard), est la « citadine » des quatre sœurs. Entendez par là qu’elle a pour demeure une maisonnette de la route de Honfleur à Pont l’Evêque dans le bourg d’Equemauville, tout près de l’église dont les cloches scandent ses paisibles journées. Mais il suffit de lire les grands diplômes dorés qui surplombent, encadré la cheminée, pour savoir que, en remerciement » de ses bons et loyaux services de 45 années comme ouvrière agricole à la ferme de la plane », il lui fut alloué une prime de 80 francs.. Nous ajouterons que Madame Billard prendra 81 ans dans quelques jours et que de son mariage, douze enfants sont nés qui ont maintenant eux-mêmes enfants et petits enfants.

Quant à Ambroisine, (Madame Caron), la « petite » comme l’appelle ses sœurs, elle est restée fidèle à son cadre de Berville, et la ferme qu’elle exploita jadis en compagnie de son mari, non loin du pittoresque petit port, abrite ses 79 ans ainsi que le jeune ménage d’une de ses petites filles que deux ravissants bambins aux boucles blondes égaient de leurs gazouillis.

Que souhaiter pour terminer ? Sinon encore de nombreuses années, aussi douces, aussi paisible à Rosine, Louise, Blanche et Ambroisine, les quatre sœur dont le « crépuscule serein » est la vivante récompense d’une vie droite, saine , faite de labeur et de beaucoup d’amour !

Source : Jacqueline Colliex.

Page précédente. Retour au Sommaire. Page suivante.