La photo de Saint Gatien vue aérienne en noir et blanc.


Notre site.

Menu.


Cette page, a déjà été lue 5814 fois. Dernière modification effectuée le 22/09/2014 à 15:09

Les écoles.


Photos de

La Mairie et les écoles.

De quand date la première école.

Les écoles sont nées en France, de l’obligation faite par Charlemagne à tous les évêques, d’installer auprès des églises, une école où l’on apprendrait la Bible et qui donnerait ensuite au royaume, des scribes bien formés.

Henry IV rend l’école obligatoire en 1598 et prévoit même une peine contre les parents qui n’y enverraient pas leurs enfants. Un édit de 1698 ensuite, oblige les paroisses qui n’ont pas d’école à en établir. Elles se multiplient rapidement au XVII ème siècle mais de façon irrégulière ; c’est surtout le quart Nord Est de la France qui est scolarisé en 1789.

L’école au départ, est destinée surtout à apprendre le catéchisme, quelques rudiments de lecture, écriture et calcul.

Le recteur à la campagne, est choisi par la communauté, lors des assemblées de village et même muni de l’obligatoire approbation épiscopale ou canoniale, il n’est pas toujours à la hauteur !

Quand il y a plusieurs candidates c’est souvent celui qui a la plus belle voix qui l’emporte, car il devra faire office de chantre à l’église et accompagner Monsieur le Curé dans tous ses offices et à tout moment de la journée. Il sonne les cloches, lit les actes des autorités à l’issue de la messe paroissial, sert de greffier puis ensuite de secrétaire à la communauté.

Les revenus du recteur sont modestes : il y a le traitement versé par la Fabrique , le casuel qui rémunère son travail de sacristain et le droit d’écolage sur les enfants ; la lecture étant la base de l’activité , on lui paie en plus, le calcul et l’écriture. Le bail qu’il passe avec la communauté est en général de trois, six ou neuf ans.

Source : Nicole Bourgeois Puchot,Vic-de Chassenay.


Constructions scolaires : démarrage en février.


Vue  d'une

Perspective du futur bâtiment (à droite, la rue des écoles, qui sera ouverte à l’emplacement de la cantine actuelle).

Le projet a plus de dix ans et les obstacles ne lui ont pas été épargnés.

/>

Aussi est-ce avec plaisir que les conseillers municipaux, réunis jeudi soir autour de M. Rufin, maire, ont pu, en fixant le plan de financement de cette construction, donner le « feu-vert » aux travaux qui démarreront le mois prochain.


Classe, restaurant et annexes.

Les plans, établis par M. Richard Halley, architecte à Trouville, comportent un bâtiment en forme de « L » (notre cliché) qui abritera, de gauche à droite :

Un préau, une classe, une grande salle de restaurant avec ses cuisines et vestiaires, ainsi qu’un garage ouvrant sur l’extérieur. Un petit appentis, en retour sur la cour, sera réservé aux installations sanitaires.

Un préau, une classe, une grande salle de restaurant avec ses cuisines et vestiaires, ainsi qu’un garage ouvrant sur l’extérieur. Un petit appentis, en retour sur la cour, sera réservé aux installations sanitaires.

Le bâtiment sera construit sur le terrain situé derrière les préaux, lesquels seront ensuite abattus afin de permettre l’agrandissement, en profondeur de la cour de récréation.

Le début des travaux n’apportera donc aucune gêne dans le fonctionnement de l’école. Cependant, assez rapidement, la classe des grands devra s’installer provisoirement dans la cantine, les petits -dont la classe sera également rasées- trouvant place dans le bâtiment principal (mairie, bureaux administratifs, deux classes et logement du personnel enseignant) sui ne subira, quant à lui, aucune modification.

Par la suite, le préau prévu dans le nouveau bâtiment pourrait être transformé en salle, afin de recevoir la quatrième classe créée à la dernière rentrée.

Pendant les grandes vacances, la cantine sera supprimée et permettra d’ouvrir, à son emplacement, la rue des écoles qui rejoindra, en quart de cercle, la place du château d’eau et le nouveau lotissement.


Subventions, legs et emprunt.

Le financement de cette opération sera assuré, en premier lieu par une subvention du Département de 120000 Francs (soit douze millions d’anciens francs). La même somme fera l’objet d’un prêt de la part de la Caisse d’épargne de Honfleur.

Enfin, le bureau d’aide sociale a décidé de participer à cette réalisation en remettant à la Commune -pour la construction de la cantine scolaire- le legs (1000 Frans environ), de Mlle Brunet, ancienne infirmière sociale de Saint Gatien.

La préfecture devant approuver incessamment l’ensemble du dossier d’adjudication des appels vont être lancés dans les prochains jours et le premier coup de pioche interviendra en février.

A Saint Gatien, on espère que les nouveaux bâtiments pourraient être mis en service pour la prochaine rentrée.

Source : Journal local du 20 janvier 1970.


La construction de l’école va bientôt commencer.

La commune de Saint Gatien des Bois, en matière de locaux scolaires était restée avec ses vieux bâtiments vétustes. Il n’en sera bientôt plus ainsi. Lors de sa dernière réunion, le conseil a approuvé définitivement le projet de construction de la nouvelle école. Les dernières mesures d’ordre financier étant votées, les travaux vont pouvoir débuter incessamment.

Le bâtiment sera construit sur le terrain qui se trouve derrière les préaux actuels, lesquels seront démolis pour agrandir la cour. Il comportera , sur la gauche : un préau , une grande classe, puis la salle de restaurant avec la cuisine, les vestiaires, ainsi qu’un garage, avec accès direct sur la rue, laquelle sera percée à l’emplacement des cantines actuelles.

Le restaurant est prévu pour recevoir une centaine de couverts. Les sanitaires seront placés sous l’appentis que nous voyons au premier plan.

Les travaux ne gêneront en rien le fonctionnement normal de l’école actuelle, toutefois les grands devront momentanément s’installer dans la cantine, les petits trouveront leur place dans le bâtiment principalement qui est celui de la mairie, des bureaux, etc. Selon les besoins, ultérieurement, le préau du nouveau bâtiment pourrait être fermé et transformé en classe.

Source : L’Indépendant Honfleurais du 29 janvier 1970.


Le futur groupe scolaire de Saint Gatien des Bois.


La photo représente

Le nouveau groupe, vu du lotissement.

A l’entré du coquet lotissement du bourg de Saint Gatien des Bois où s’achèvent les derniers pavillons individuels, le nouveau groupe scolaire -dont la construction a démarré en avril- avance à grands pas. Le gros-œuvre entièrement terminé, de même que la couverture assurée par M. Lengin et ses ouvriers que l’on voit ici (notre cliché) procèdent à la pose des faîtages.

Parallèlement, les entreprises Gaultier, de Pont l’Evèque, et Mussillon, de Trouville, attaquent simultanément les plâtres et les installations électriques, en commençant par la grande salle de restaurant et les cuisines qui doivent recevoir leurs petits convives dès le rentrée.

Dans le même temps, vont être démolis la cantine, plus que vétuste, à l’emplacement de laquelle s’ouvrira la « rue des Ecoles » et les petits bâtiments annexes de l’école actuelle, ce qui permettra l’aménagement d’une vaste cour de récréation. A l’arrière du groupe, sera réalisée une aire d’évolutions pour les heures de plein air et les cours d’éducation physique. Ce très bel ensemble complètera d’heureuse façon les importants travaux de voirie et de modernisation du bourg, en cours et dont nous avons entretenu nos lecteurs récemment.

Source : Journal local du 14 août 1970.


Pour la rentrée, les jeunes de Saint Gatien on trouvé une école toute neuve...


La photo représente

Les enfants dans la cour de la nouvelle école.

Certes et pour faciliter le bon déroulement des travaux, les deux nouvelles classes du groupe scolaire de Saint Gatien des Bois avaient dû être mises en service avant la fin de la dernière année scolaire, et les enfants fréquentant la « cantine » avaient déjà ata accueillis dans la vaste et claire salle à manger de l’établissement.

Mais c’est véritablement mardi, à l’occasion de la rentrée, que les quelque cent garçonnets et fillettes de la commune, rassemblés sous la houlette de M. Guydecoq et de ses adjoints (parmi lesquels un nouveau venu : M. Lemonnier, auparvant à Ablon) ont fait connaissance avec leur nouvelle école.

Les grandes vacances ont, en effet, été largement mises à profit par la municipalité pour terminer les aménagements : les anciens préaux vétustes, ont été abattus. En même temps que la rue des écoles ouverte à l’emplacement de vieille cantine, une grande cour de récréation a été créée entre l’immeuble de la mairie qui abrite ancore deux classes et la nouvelle construction. Des jardinets sont venus entourer les logements des instituteurs.

Pour parachever l’ensemble, les maisons riveraines ont fait, elles aussi, assaut de coquetterie et c’est un visage complètement neuf, et particulièrement avenant que présente désormais ce quartier qui s’ouvre en plein centre du bourg, face à la place de l’église.

Source : Journal local du 16 septembre 1971.


Les instituteurs de Saint Gatien des Bois.

- Monsieur Dumour Jean est maître d’école en 1758.
- Monsieur Tellier Pierre est instituteur en l’an V.
- Monsieur Hérupey Louis (Ancien vicaire de Saint Gatien qui en abandonnant sa fonction d’abbé, se marie et devint instituteur. Il divorce par déclaration en mairie. Sur demande de la population) il est confirmé tenir le poste d’instituteur après le concordat par décision du 28 pliviose an XIII.
- Monsieur Brunet Louis Guillaume est instituteur de 1809 à 1816.
- Monsieur Liegard Charles Augustin est instituteur de 1816 à 1865.
- Monsieur Gonnier Louis est instituteur en 1865. Son épouse est Madame Bégin Rose.
- Monsieur Baumel Aimable François est instituteur en 1866. Son épouse est Madame Jeanne Augustine Ménard.
- Monsieur Bertot Ferdinand Pierre est instituteur de 1867 à 1869. Son épouse est Madame Pauline Grelley.
- Monsieur Delalande Victor est instituteur de 1869 à 1899.
- Madame Lainé Marie institutrice adjointe est nommée à Touques en 1886.
- Madame Feret Louise est institutrice adjointe en 1886.
- Monsieur Lesage A. est instituteur de 1899 à 1907.
- Mademoiselle Brée est institutrice en 1907.
- Madame Malfilatre est institutrice de 1908 à 1913.
- Madame Moreau est institutrice en 1913.
- Madame Steer-Quedrue est institutrice de 1924 à1926.
- Madame Crochet est institutrice en 1926.
- Monsieur Marguerin est instituteur de 1927 à environ 1930.
- Madame Frionnet est institutrice de 1927 à 1936.
- Monsieur Frionnet est instituteur de 1931 à 1936.
- Monsieur Dauphin Louis est instituteur de 1936 à 1957.
- Madame Dauphin Geneviève est institutrice de 1939 à 1941.
- Madame Mancel est institutrice adjointe en 1951.
- Monsieur Alerme est instituteur de 1957 à 1959.
- Monsieur Guidecoq Paul est instituteur de 1959 à 1982.
- Madame Vauquelin Danielle est institutrice de 1959 à 1992.
- Madame Simon Vanessa est directrice en 2000 remplaçant Thil Adrien.

Source : Les racines de Honfleur N°5S – 2006.


ADDITIF à la liste ci-dessus.

J ai eu le plaisir de visiter votre site sur Saint Gatien des Bois où j’ai vécu 20 ans, ma mère Danièle Vauquelin née GHEERAERT y était institutrice de 1959 à 1992, après avoir été stagiaire à Hotot en Auge elle fut mutée (en 1958 ou 1959) à Saint Gatien des Bois et ensuite titularisée je pense même me souvenir qu’elle fut directrice à la fin. Il serait souhaitable à mon avis qu’elle figure sur la liste des instituteurs de la commune.

Elle a travaillé de nombreuses années avec Paul Guidecoq qui l'a très bien connue, ainsi qu'avec André Mancel.

Nous habitions dans les logements de fonction de l'école au rez-de-chaussée, les Mancel à l'étage et les Guidecoq à côté jusqu'en mars 1970 date à laquelle nous avons emménagé rue saint Ursin dans le lotissement.

Elle a appris à lire en CP à des générations d'enfants de Saint Gatien. Elle est décédée en 1992.

Source : Gil Vauquelin le 21 novembre 2010.


Une

Ecole publique - CE1, 1970.

Une

Ecole publique - 1981.

Une

Ecole publique - PS 1982.

Une

Ecole publique - MS 1983.

Une

Ecole publique - CE1, CE2, CP, 1983.

Une

Ecole publique - CE1, CP, 1984.

Une

Ecole publique - GS 1984.

Une

Ecole publique - CE1, CE2, CP, 1985.

Une

Ecole publique - Maternelle 1986.

Une

Ecole publique - CE1, CM1, 1987.

Une

Ecole publique - CM2, 1988.

Une

Ecole publique - CE1, CP, 1989.

Une

Ecole publique - CE2, CM1, CM2, 1992.

Une

Ecole publique - CE2, CM1, CM2, 1993.

Une

Ecole publique - CE2, CM1, CM2, 1994.


Ecole Privée Sainte Marie.


La

Photo de l’école.

Créée en 1938 par les Sœurs oblates de Sainte Thérèse de Lisieux. Mère Marie Eustelle dirige la grande école alors que Sœur Bernardin est infirmière (elle sera remplacée par Sœur Marie Paul aujourd’hui directrice des Oblates) et Sœur Marie est cuisinière. Dans les années 40, il s’agit d’un petit pensionnat de 9 pensionnaires, logées à l’étage au-dessus du réfectoir. Une des techniques de Mère Marie Eustelle, se souvient Madame Perret était : « elle nous faisait apprendre un petit texte, ensuite nous le récitions et ensuite elle nous faisait une explication du texte, elle aimait beaucoup la grammaire.


La

Photo de l’école – autre vue.

Par ailleurs, elle savait organiser des jeux dans la forêt, des pique-niques. »Pendant la guerre, les Allemands ont occupé l’école, ils ont pris la classe de droite qui était la classe de Sœur Louise et le réfectoire, obligeant les sœurs à transformer une chambre en réfectoire. Sa directrice en 1951 es Mademoiselle Clair. En 1998 est inaugurée en présence de Monseigneur Pican Evêque de Bayeux et de Lisieux la classe maternelle, la directrice est alors Françoise Boutigny.

Historique actuel sur le site officiel de l'école Sainte Marie.


Une

Sainte Marie CM1-CM2, 1962.

Une

Sainte Marie Maternelle 1979 .

Une

Sainte Marie 1980.

Une

Sainte Marie 1981 CE2, CM1 et CM2.

Une

Sainte Marie maternelle 1982-1983 .

Une

Sainte Marie 1984.

Une

Sainte Marie GS-CP 1986.

Une

Sainte Marie Maternelle 1987.

Une

Sainte Marie GS-CP 1987.

Une

Sainte Marie GS-CP 1988.

Une

Sainte Marie CM1-CM2 1990.

Une

Sainte Marie CP- CE1 1990.

Une

Sainte Marie CP- CE1 1991.

Une

Sainte Marie CM1-CM2 1992.


Une

Photo de groupe.


L’évêque a béni la nouvelle classe maternelle.

Enfants, parents, amis, il y avait foule dimanche dernier lorsque Monseigneur Pican, évêque de Bayeux Lisieux a béni la nouvelle classe maternelle de l’école Sainte-Marie. Terminée quelques jours seulement avant la rentrée scolaire, la nouvelle classe maternelle de l’école Sainte-Marie a été inaugurée en grande pompe dimanche dernier. La plupart des jeunes élèves, mais également les instances de l’enseignement catholique ainsi que les parents et amis de l’école Sainte-Marie ont assisté à la bénédiction donnée par Monseigneur Pican.

Auparavant, le Président de l’OGEC, Bernard Cadel a rappelé que l’école Sainte Marie, fondée il y a plus de 50 ans par les sœurs oblates de Sainte-Thérèse de Lisieux avait besoin de ce nouvel outil pédagogique mis à la disposition d’une classe maternelle.

D’une superficie de 100 m2, la nouvelle classe est l’aboutissement de nombreux mois d’effort et de bénévolat. Du cabinet d’architecte Hémon, aux parents d’élèves, beaucoup de personnes ont mis la main à la pâte afin que le projet se concrétise.

« Je tiens à remercier tous les bénévoles, ainsi que tous les corps de métier que nous avons sollicités pendant l’été ; ainsi que l’UDOGEC et les organismes bancaires qui, grâce à des prêts à taux préférentiel, nous ont permis de réaliser ce bel ouvrage » ainsi que les donateurs, l’association de propriétaire l’Appel et Mr Launay, directeur diocésain.

Fort de 129 élèves, l’école Sainte-Marie a vu l’ouverture cette année d’une sixième classe et nul doute que les nouveaux élèves apprécieront à sa juste valeur cette nouvelle classe qui se veut avant tout en harmonie avec la nature.

Source : Eveil Honfleurais. 10-09-1998.
Archives Municipales de Honfleur, Envoi de Pierre Jan.


Création d’une école de flûte à bec.



Une heureuse initiative vient de se faire jour dans la commune de Saint-Gatien. Elle a aussi le mérite d’être peu répandue puisqu’il s’agit de la création d’une école de flûte à bec.

Son promoteur est un jeune étudiant, Denis Rufin, neveu du maire, et lui-même amateur de flûte et de clarinette.

C’était un projet qu’il mûrissait depuis près d’un an. Mais pour que les enfants s’y attachent, il fallait que chacun puisse avoir son instrument personnel et cela posait des problèmes, quand on sait qu’une clarinette coûte 600F, un saxo 1600F et la flûte normale un prix également trop élevé.

Or la flûte à bec est beaucoup plus abordable, puisqu’il en existe à partir de 20 F. Il y en a de toutes sortes, de toutes les gammes, ce qui pourvait permettre même de constituer un petit ensemble instrumental, avec les sopranino, alto, ténor. Et c’est là le désir de Daniel Rufin, aidé, en ce qui concerne l’enseignement du solfège, par M. Guidecoq, directeur de l’école communale.

Les cours de flûte ont lieu le dimanche matin, de 8 h 30 à 11 h dans la salle des cantines scolaires.

Ajoutons que le Conseil municipal a alloué une subvention de 250 F pour envourager et aider cette petite école de musique, dont la première audition pourrait avoir lieu à Noël.


Actuellement, l’école qui fonctionne provisoirement dans la vieille cantine, possède dix flûtes : soprano, sopranino, alto et ténor. Dix autres instruments, commandés grâce à la nouvelle subvention de la commune, sont attendus. Il y aura notamment une basse. Ce qui permettra de pouvoir atteindre le premier des buts de Denis Rufin: composer un petit ensemble respectant l’équilibre des valeurs.

On en est certes pas encore là mais déjà plusieurs garçons et filles malicieux petits faunes échappés des… bois voisins, s’appliquent à charmer le dieu Pan. N’est-ce pas Ena, Jean-Michel, et Christian le timide ?

Alors, pourquoi ne pas sacrifier aux projets ?
On parle de la préparation d’une jolie page de Noël (à la flûte, c’est de circonstance) qui serait jouée pour la messe de la nativité et de bien d’autres choses encore…

Sources : Extraits de presse Honfleur 20 octobre 1970.


Page précédente. Retour au Sommaire. Page suivante.