La photo de Saint Gatien vue aérienne en noir et blanc.


Notre site.

Menu.


Cette page, a déjà été lue 2914 fois. Dernière modification effectuée le 22/09/2014 à 15:10

L’église.


la

Photo de l’église.


Saint Gatien des Bois, Sanctus Gatianus.

Cette commune est sur la lisière orientale de la forêt.

L’église de St Gatien offre deux époques. Le chœur à pans et la longue sacristie accolée au sanctuaire, du côté de l’évangile, appartiennent à l’époque moderne. La brique y a été employée. Trois fenêtres cintrées assez grandes éclairent, au Nord et au sud, cette partie de l’église.

Les transepts, la nef et le portail occidental sont du XVI° siècle. Les murs Ont été revêtus, dans quelques parties, d’un petit appareil en silex taillé régulièrement en cubes et que l’on trouve presque toujours à cette époque dans le pays. Cet appareil alterne, ici comme ailleurs, avec des pierres calcaires d’un plus grand volume qui ont été employées pour les angles, les contreforts, etc., etc. Presque toutes les fenêtres ont été refaites et sont modernes, à plein-cintre, avec montants en briques comme celles du chœur. On voit pourtant dans le transept une fenêtre cintrée, sub-trilobée, en pierre de taille.

Le portail occidental, cintré, avec quelques moulures très simples, paraît aussi du XVI° siècle. De ce côté, des contreforts placés obliquement dans la maçonnerie annoncent qu’on avait le projet de construire une tour et un portail plus considérables.

Cette église cruciforme, très large à l’intérieur, offre une voûte revêtue de plâtre, légèrement courbée et maintenue par une armature en bois avec pendentifs peu intéressants, mais qui peuvent dater du XVI° siècle.

L’autel du chœur, porté sur quatre colonnes corinthiennes avec entablement cintré comme celui de la Gloriette à Caen, est peu ancien, maigre et d’une exécution très médiocre.

L’église est sous l’invocation du saint dont elle porte le nom.

Source : Directeur de l’institut des provinces et de la société française d’archéologie pour la conservation des monuments.


L’église de Saint Gatien des Bois bâtie sur une vaste place, présente la forme d’une croix latine.

Cette église dont la construction remonte au XVI° siècle, a été agrandie ainsi qu’on peut s’en assurer en examinant le portail occidental La large façade, qui se développe sur la place, est soutenue par six contreforts saillants dont deux, placés primitivement sur les angles, sont engagés dans la maçonnerie.

La porte principale en anse de panier est entourée de moulures prismatiques. Elle était autrefois précédée d’un porche en bois dont on aperçoit les traces sur le mur. Le gâble tronqué, qui couronne la façade, supporte un clocher en charpente recouvert en ardoise.

Monsieur de Caumont pense que les contreforts placés obliquement dans la maçonnerie annoncent qu’on avait le projet de construire une tour plus considérable.

Source : Statistique monumentale de l’arrondissement de Pont ‘Evêque, page 298.


De larges fenêtres cintrées, modernes; dont les montants sont en briques éclairent la nef. On a donné aux nombreux contreforts qui soutiennent les murs la forme des anciens.

Le transept est éclairé au Nord et au midi par une fenêtre cintrée en briques, semblable aux précédentes. Le mur occident offre une fenêtre en pierre à plein-cintre, « sub-trilobée », qui date du XVI° siècle, et une fenêtre ogivale, aujourd’hui bouchée, probablement du même temps. Une grande fenêtre ogivale, également bouchée et une autre fenêtre, du même style, dont on aperçoit les vestiges, s’ouvraient dans le mur oriental.

Dans la chapelle latérale nord dédiée à Notre-dame, sont enterrés hommes et femmes désirant marquer leur dévotion à la Vierge telle Marguerite Brunet du Tiers ordre de Saint François (Note : 01.) « sous le marchepied de l’autel ».

Monsieur de Caumont fait observer que les murs sont revêtus, dans quelques parties d’un petit appareil en silex taillé régulièrement en cubes. Cet appareil, que l’on trouve presque toujours à cette époque dans le pays, ajoute le savant archéologue, alterne, ici comme ailleurs, avec des pierres calcaires d’un plus grand volume, qui ont été employées pour les angles, les contreforts, etc.

Le chœur, terminé par un chevet à pans coupés, est moderne. Il est construit en brique et percé de fenêtres cintrées, offrant les mêmes dimensions que celles de la nef.

Cette église, d’une grande largeur, offre, à l’intérieur, une voûte en lambris, qui paraît dater du XVI° siècle. Une armature en bois, décorée de pendentifs très simples, maintient cette voûte qui présente une légère courbe. La voûte du transept, construite également en merrain, date du même temps. L’une et l’autre ont été revêtus en 1818 d’une simple couche de plâtre.

Le maître-autel est surmonté d’un baldaquin, dans le genre de celui de la Gloriette à Caen, lequel est porté sur quatre colonnes corinthiennes. Ce baldaquin dont l’entablement est cintré est d’une exécution très médiocre.

La paroisse de Saint Gatien des Bois faisait partie de l’Election de Pont l’Evêque et de la Sergenterie de Honfleur. Pour le Spirituel elle dépendait du doyenné de Touques.

Cette paroisse comptait à l’époque de la révolution 7 feux privilégiés et 90 feux taillables. Sa population actuelle s’élève à plus de mille habitants.

- Au XIV° siècle le patronage appartenait au Roi.
- Au XVI° siècle c’était encore le roi qui était patron ou plutôt le chapitre de Cléry.
(Ce patronage appartenait à l’origine, aux ducs de Normandie. Après la réunion de cette province à la couronne de France en 1204 sous Philippe Auguste, il entra dans le domaine royal. Louis XI, qui avait, comme on le sait, une grande vénération pour Nôtre Dame de Cléry, céda probablement son droit de patronage sur la paroisse de Saint Gatien des Bois aux religieux de cette abbaye qui était située à 4 lieues d’Orléans.)
- Au XVIII° siècle, cette paroisse dépendait du chapitre de Cléry.

Il y avait sur le territoire de Saint Gatien des Bois, une chapelle de Saint Philbert qui était à la nomination de l’évêque; elle valait au titulaire 70 livres.

La forêt de Touques appartenait anciennement au duc de Retz, il aurait été le fondateur de cette chapelle. On voyait encore dans la partie de la forêt qui s’étend prés de Canapville, à l’époque où le mémoire fut rédigé (2 avril 1699) une vieille masure appelée dans le pays : le manoir de Retz.

Avant la révolution, la forêt de Touques faisait partie de l’apanage du duc d’Orléans.

A un kilomètre environ du village de Saint Gatien des Bois, au point de jonction des routes de Touques et de Trouville, on a élevé, il y a quelques années une statue en l’honneur de la Sainte Vierge.

Sur la face principale du piédestal, on lit l’inscription suivante :

A la Vierge
De Bon Conseil
Notre Dame des Bois
Tous les habitants de Saint Gatien des Bois
2 juillet 1859.

La face opposée offre cette autre inscription :

En l’honneur de la Vierge
Terrain concédé à la
Commune de Saint Gatien des Bois
Par Marie Marthe
De Bosmelet comtesse D’Argentré 1859.

On a essayé de donner à cette statue, qui est en terre cuite, l’apparence d’une pierre.

Page précédente. Retour au Sommaire. Page suivante.