La photo de Saint Gatien vue aérienne en noir et blanc.


Notre site.

Menu.


Cette page, a déjà été lue 2270 fois. Dernière modification effectuée le 22/09/2014 à 15:10

La paroisse.

La paroisse rurale ne s’est véritablement constituée en cellule de base de la vie religieuse des laïcs, qu’après la réforme grégorienne, c’est-à-dire vers le XIème siècle, donnant une certaine indépendance aux églises, par l’élection des évêques et abbés et le célibat des clercs. Le réseau est pratiquement érigé au milieu du XIème siècle lors des derniers défrichements.

La paroisse est la communauté d’habitants confiée à un curé. Tous les actes qui les régissent, se déroulent dans son cadre, que ce soit pour les sacrements de naissance, mariage et décès, ainsi que pour les actes du pouvoir royal, puisque c’est le curé qui est chargé de les transmettre à la fin de l’office paroissial ; les assemblées de communautés se tiennent devant l’église, au son de la cloche et c’est là que se prennent toutes les décisions importantes à la vie du village.

C’est dire l’importance du prêtre sous l’Ancien Régime ; on passe alors une grande partie de sa vie à l’église, avec la prière du matin vers 6h30, la messe à 8h ou 9h, le catéchisme à midi, les vêpres à 3h et la prière du soir à l’entrée de la nuit !

Quant aux grandes fêtes religieuses, Noël, Pâques, Pentecôte, Fête dieu, Assomption et Toussaint, il fallait une grande foi et une bonne dose de patience pour tenir durant tous ces offices, sachant que pendant longtemps les églises n’avaient pas de bancs (du moins, pas pour tout le monde), et que le confort tout relatif était assuré par des brassées de paille en hiver et d’herbes fraîches en été, répandues sur le sol en terre battu.

Sources : Nicole Bourgeois-Puchot.
Un village de l’Auxois.
Vic-de Chassenay.

Page précédente. Retour au Sommaire. Page suivante.