La photo de Saint Gatien vue aérienne en noir et blanc.


Notre site.

Menu.


Cette page, a déjà été lue 2814 fois. Dernière modification effectuée le 22/09/2014 à 15:13

Rôles de Taille de Saint Gatien – 1769.

Définition des surfaces :

L’acre, à Saint Gatien, vaut 8 172 mètres carrés ou 0,8172 hectare.

La vergée en est le quart soit : 2043 mètres carrés.

Il faut se représenter donc l’acre comme un terrain de football de 110 à 120 mètres en long et 60 à 80 mètres de large.


Tenues de terre :

Tout Saint Gatien a été «fieffé» au départ par le seigneur tenant la forêt, le duc de Normandie avant 1204, puis roi de France, puis prince d’Orléans. La fieffe est en pleine propriété consentie contre rente seigneuriale perpétuelle. (Perpétuelle jusqu’à la Révolution qui la supprime le 4 août 1789).

Le tenancier peut la vendre contre :

- Un capital : L’acquéreur continue à payer la rente seigneuriale dont le montant décroît au long des siècles par inflation des monnaies. Le tenancier est dit en ce cas : « tenir en propre ».
- Contre rente : cette rente seconde est elle-même perpétuelle. Le tenancier est dit « tenir en fieffe». Il peut y avoir revente et donc nouvelle rente d’où il est possible d’avoir à acquitter une 3ème rente (rente seigneuriale, rente au 1er acquéreur, rente au 2ème acquéreur) C’est pourquoi on dit qu’il y a ‘rente à divers.
- On peut tenir comme aujourd’hui « à ferme » c’est-à-dire en location.


Professions :

Les salariés ne sont pas imposés à la taille. La plupart de la population déclare ici son bien, ses rentes, ses «industries» c’est-à-dire son commerce, son artisanat.

On découvre en industrie « surtout des voituriers et voiturières, c’est-à-dire des transporteurs de bois par voie «terrestre» (et non par voiture).

Les estimations de cette industrie sont peu variées : 100 livres ou 150 livres ou 200 livres par an de revenu, ce qui montre qu’il s’agit des brioleurs. Les emplois temporaires (bûcherons, moissonneurs etc.) ne figurent pas, mais représentent l’essentiel des ressources pour les petits tenanciers.


Les terres :

- Labour est écrit labeur.
- Pré : est écrit prey.
- La mazure (masure) est le clos entourant le plus souvent la maison : herbage souvent planté d’arbres fruitiers, jardins, bâtiments divers.


Animaux :

A Saint Gatien très peu de bétails : de 1 à 5 vaches chez les fermiers importants. On ne vend donc ni lait ni beurre ni fromage. On consomme la production laitière, sauf pour quelques-uns qui fréquentent les marchés.

Le préambule de l’état indique « l’exploitation est très difficile à cause du mauvais état des chemins. Elle consiste à la récolte des cidres. Et à l’égards des blés, menus grains et foins la consommation s’en fait dans la paroisse...


La paroisse :

A l’issue d’une messe les paroissiens élisent les répartiteurs de la taille et ceux-ci révisent les déclaration individuelles (estimation de la paroisse) puis répartissent le montant global de la taille imposée à la paroisse.

Douaire des veuves : portion de l’héritage réservée à la veuve au décès de son époux (d’après contrat de mariage en général).


Les roles :

BALAN Simon :

- 2 chevaux, 2 vaches,
- Fait valoir 10 acres ½ de terre de labour,
- 2 acres 2 vergées en masure, et pré tout en propre et valant 288 livres (c’est non la valeur mais l’estimation du revenu annuel).
Il a déclaré jouir de 66 livres de rente.

(Ne signe pas).


BALAN Simon, fils Simon :

- a déclaré faire valoir en propre 2 acres ¼ en labour,
Valant 45 livres.

(Signe).
(Voir Famille BALAN »)


LETAVERNIER Nicolas :

- maréchal, a déclaré tenir en ferme 2 aistres de maison, par 13 livres appartenant à Mr de Saint-Léger.
- a affermé de M. de Saint-Léger la nourriture d’une vache dans la grande herbage par 28 livres.

(Signe)
(Voir « Famille LETAVERNIER »)


HALLEY Guillaume :

Journalier et propriétaire, a déclaré faire valoir en propre
- une maison avec une petite masure contenant ½ acre valant 20 livres et en labeur ¼ valant 4 livres pour lequel fond et fait 24 livres de rente .

(Signe)


HALLEY Olivier :

Propriétaire, absent depuis plusieurs années, domicile inconnu. Propriétaire environ de 40 livres de biens dans cette paroisse.
- Imposition à acquitter – sur cela il fait environ 20 livres de rente à veuve François – 97 ans demeure au Torquesne . Ne fait rien valoir.
- Joint de 24 livres de douaire qui servent à payer sa taille.
(Voir « Famille HALLEY »)


LIETOUT Jacques, fils Jacques :

- 4 chevaux 5 vaches, 40 moutons fermier, a déclaré tenir de M. de Saint-Léger une ferme contenant en labour 48 acres 17 acres en herbage et pré, 3 acres en masure par 1500 livres.
(Signe)
(Voir « Famille LIETOUT »)


NOEL Antoine (14-08-1769) :

- 2 chevaux, 2 vaches fermier et voiturier (brioleur) a déclaré tenir à moitié de Mme Bouffard,
- une ferme consistant en 11 acres de labour, ¾ d’acres en pré et 2 acres ½ en mazure qu’il estime valoir à 240 livres . De plus qu’il fait valoir en fieffe une mazure contenant 1 acre, estimée valoir en revenu (30 ou 50 ?) livres dont il fait pareille rente.
(Ne signe pas)
(Voir Famille NOEL)


GIRET Jean, fils Michel :

- Mendiant. Le syndic a déclaré que le particulier jouit en propre d’une maison avec une petite masure contenant 1/8 d’acre valant 10 livres et qu’il est réduit à la mendicité .


GIRET Jean, fils Robert :

- Bûcheron, journalier, a déclaré tenir en propre une maison avec une petite cour contenant ¼ d’acre valant en revenu 4 livres dont il fait 2 livres 10 sous de rente.
(Ne signe pas)


GIRET Olivier, fils Robert :

- Bûcheron, journalier, a déclaré tenir en fieffe, une maison avec une petite masure contenant 1/8 d’acre valant de revenu 12 livres dont il fait 12 livres de rente à un nommé Moisy de Saint Benoist.
(Ne signe pas)
(Voir Famille GIRET)


GIRET Robert, fils Michel :

- Mendiant. Le syndic a déclaré que le particulier est réduit à la mendicité et que son frère le loge gratuitement.


LEGRIX Pierre :

- 2 chevaux, 2 vaches, propriétaire et mercier fait valoir en propre 19 acres de terre de labour, 2 acres en masure, 1 acre en pré estimé en revenu 400 livres.
- Propriétaire de biens donnés à ferme : 250 livres à Beuzeville,
- 120 livres à Genneville,
- 150 livres à St-Benoit,
- 147 livres à Honfleur,
- 36 livres,
Il jouit de 32 livres de rentes et de 25 livres en loyers.
Total : 760 livres.
Il paie 353 livres à 5 personnes d’où en net : 407 livres.
- Industrie (mercier) : 200 livres, dont un bénéfice à 10% : 20 livres.
(Signe)


LEGRIX Pierre, fils Jean :

- Domestique. Demeure chez sa mère. Fait valoir en propre 1/8 d’acre : 10 livres sur lequel il fait 8 livres de rente.
(Signe)


LEGRIX veuve Jean (mère du précédent) :

Voiturière déclarée par son fils :Tient à loyer une petite maison pour 4 livres.
- Son industrie : 200 livres,
- Bénéfice à 10 % : 20 livres.
(Son fils signe)


PETIT Jacques, fils Pierre :

- Propriétaire, 2 chevaux 1 vache.
- D’après la déclaration a déclaré faire valoir en propre une ferme consistant en 5 acres de la paroisse, a été en labour et 1 acre en mazure estimés valoir 130 livres par porté pour l’exploitation laquelle ils sont tenus faire 110 livres , reste 20 livres de 150 livres.
(signe)


PETIT Pierre, fils Jacques :

- Marchand de bois. A déclaré ne posséder et ne faire rien valoir, qu’il est demeurant chez son père et a déclaré que pour son industrie de marchand de bois, il la paie dans le rôle arrêté pour tous les marchands de bois en la ville d’Honfleur.
(Signe)


PETIT Pierre, fils Jean :

Voiturier et fermier. A déclaré faire valoir en fieffe sur ¼ (d’acre) en mazure estimé valoir 18 livres dont il fait pareille rente à divers . De plus qu’il tient à titre de loyer de Pierre Avoine : 2 acres acquis par le prix de 75 livres . Industrie : 200 livres à raison de 10% 20 livres.
(Signe)


PETIT Pierre, fils Marin :

- Propriétaire, fermier et voiturier ; 1 cheval, 1 vache en propre une mazure et maison : ½ acre, labour : ½ acre estimé 20 livres sur lequel il fait 20 livres de rente. De plus : ferme de M. Chiquet (d’Honfleur) : 2acres ½ labour : 1 acre ½ mazure par le prix de 100 livres .
- Donne à ferme une petite mazure par 40 livres sur lequel il fait 12 livres de rente . Reste 18 livres. De plus a 7 livres de rente.
- Industrie 150 livres, bénéfice 10% : 15 livres.


PETIT Pierre, fils Pierre :

- 1 cheval, 1 vache.
- En propre : 5 acres en labour, 1 acre en pré, 2 acres en mazure estimés 155 livres de revenu . On lui fait en différentes parties 80 livres de rente sur lesquelles il en fait 34. Reste en bon :
- 46 livres.


PETIT Pierre dit Le Parc ( ?) :

- Propriétaire et fermier, 1 cheval, 1 vache.
- En fieffe, une maison avec mazure de ¼ d’acre, pré ½ acre des quérriers, 1/8 d’acre en labour estimé 30 livres dont il rend pareille rente de plus de ¾ d’acre en labour en propre valant 15 livres pour quoi il fait 5 livres . Reste 10 livres.
- De plus il tient de M. Bellet, à ferme 2 acres de labour, 1 acre en mazure par le prix de 100 livres.
- En marge : d’après déclaration de la paroisse, a été augmenté de 20 livres, savoir : 10 livres sur la fieffe des Querriers (c’est donc le lieu-dit) et 10 livres sur la ferme Bellet.
(Signature remarquable de ce Pierre Petit)


PETIT Pierre dit Le Parc fils Pierre (1) :

- Fermier, 1 cheval, 1 vache. A déclaré tenir à ferme de Louis Carel 7 acres de labour, ½ acre en mazure par le prix de 200 livres . D’après la déclaration de la paroisse a été porté à 300 livres .
(ne signe pas)


PETIT veuve Jean fils Louis :

- Propriétaire et voiturière de bois. A déclaré tenir en fieffe de M. Deshayes une maison avec une cour contenant 1 acre estimée valoir 30 livres de revenu dont elle fait 30 livres de rente à M.Deshayes . De plus elle fait valoir encore sous le titre de fieffe ¼ d’acre de terre de labour estimée valoir 4 livres 10 sous pour laquelle elle fait 4 livres 10 sous à M. de Saint-Léger . De plus qu’elle donne en ferme ½ vergée de terre en mazure par le prix de 20 livres sur laquelle elle fait 4 livres 10 sous de rente , à ce moyen de reste de bon que 5 livres 10 sous .
- Déclare encore avoir en rente 3 livres.
- De plus son industrie évaluée à 150 livres par an dont le bénéfice à 10 % est de 15 livres .
(Signature de son fils Jean)


PETIT veuve Jean, fils Marin :

- Voiturière et fermière. A déclaré tenir en ferme de M. Drieu une ferme consistant en 2 acres de pré et 2 acres en mazure par le prix de 140 livres . De plus qu’elle jouit pour son douaire de 5 livres de rente.
- Industrie : 100 livres dont bénéfice à 10% est de 10 livres.
(Ne signe pas)
(Voir Famille PETIT)


RENIER Nicolas :

- Arpenteur, 2 chevaux et 2 vaches. A déclaré faire valoir une ferme consistant en 20 acres de labour, 8 acres 3 vergées d’herbe valant 500 livres.
- Cité « privilégié » à cause de sa profession, ne paie pas la taille.


RENIER Michel :

- De la paroisse d’Equemauville, fait valoir à St Gatien par extension, une mazure contenant 1 acre appartenant à M. Vannier pouvant valoir 50 livres.
(voir Famille RENIER)


RUFIN Charles :

- Fermier et voiturier. A déclaré tenir à ferme de M. Morel ¾ d’acre en labour et ½ acre en mazure par le prix de 60 livres .
- De plus des Mattière (nom de famille) une cour tenant ½ acre et un pré ¼ par le prix de 70 livres .
- Industrie évaluée à 100 livres dont le bénéfice à 10% est de 10 livres.
(Signe un seul f à Rufin)
(Voir Famille RUFIN)

Source : Archives municipales de St Gatien.

Page précédente. Retour au Sommaire. Page suivante.