La photo de Saint Gatien vue aérienne en noir et blanc.


Notre site.

Menu.


Cette page, a déjà été lue 2905 fois. Dernière modification effectuée le 22/09/2014 à 15:13

Les aveux Honfleurais.

Les aveux de la Sergenterie de Honfleur, en la vicomté d’Auge sont conservés sous la cote A 281 aux archives départementales du Calvados, en un fort volume de 415 feuillets assez bien lisible, mais dont la traduction s’avère parfois difficile ; ce recueil a l’avantage de nous fournir les noms des principaux teneurs de fiefs, de leurs puînés, et de décrire en détail les biens qu’ils possèdent dans toute la contrée, Saint Gatien des Bois et Honfleur en particulier. On est parfois surpris d’y rencontrer des noms de familles qui existent encore de nos jours, de même que des noms de lieux qui évoquent les patronymes disparus, égarés quelque part en France et au Québec par exemple.

Ainsi, un prêtre du nom de Vassal, en son nom comme en celui de ses neveux sous-agés, avoue tenir une pièce de terre située sur la paroisse Saint Léonard.

Richard Legendre, quant à lui, confesse et avoue tenir un plan de terre et trois maisons assises dedans l’enclos de la ville, paroisse Notre-Dame, jouxte les halles de la dite ville et le pavé du Roy.

C’est encore Robert Picquot, drappier de la paroisse Saint-Léonard qui avoue une pièce de douze acres située à Saint Gatien des Bois. Cette dernière paroisse nous fournit un fort contingent de noms et de prénoms dont certains sont restés de mode ou y reviennent petit à petit. Ce sont, entre autres :

- Gatian Dinot (alias Dignot),
- Jehan de Lannoy (famille nombreuse),
- Olivier et Elie Monsaint (orthographes variées),
- Nicolas et Richard Guilbert,
- Gatien Richard et Robin Halley,
- Guillebert de Losmosne (dont les descendants seront légion par la suite) Pierre, Gilles et Jehan Balan,
- Marin Langin, Jehan Falluard.

que je cite au hasard bien entendu, en un raccourci nécessaire ; la plupart des actes débutent par cette formule: « du Roy notre souverain seigneur, pour moi et mes puînés, confesse et avoue tenir un fief ou ténement » qui est décrit en détail, précis et parfois savoureux !

Source : Philippe Devillard.

Page précédente. Retour au Sommaire. Page suivante.